PARIS - AZROU          




Le projet Paris-Azrou est né à Paris, au coeur de l’hiver 2015, avec l’envie de se réchauffer aux couleurs et aux sourires du Maroc. Il part de cette volonté de rencontrer une technique, le tapis « boucherouite » et de lui proposer un autre éclairage, teinté d’accents parisiens. Des rencontres, la confrontation de deux regards sur la création textile contemporaine, un partage de connaissances et de savoir-faire ; Paris-Azrou raconte l’histoire d’un réel échange de cultures.
Tout commence par une suite de heureux hasards : Une rencontre avec Abdou, le marchand de tapis de la Rue des Tapis, à Azrou. Puis, une rencontre avec Pauline, Noelle, Moha, Hayat, ... Banco ! En mars, le collectif s’envole pour le Maroc.

« Nous avons retrouvé nos couleurs dans les rues d’Azrou, et cette envie de partage dans les rencontres que nous y avons faites. Les dessins et les matières sont ensuite livrés à la libre interprétation des mains des femmes de la coopérative avec laquelle nous travaillons. Le but étant de ne plus intervenir, de leur laisser prendre leurs places d’artisanes, de leur laisser apposer leurs marques. En naissent des surprises, des lectures différentes, des finitions différentes, autant qu’il y a de tisserandes. »

En naît le projet Paris-Azrou, 9 tapis-tableaux uniques, issus de ces rencontres.




 



                     

                  















HYMNE À LA MUE         

Le temps d’une soirée, Banco Studio est invité à investir le Collatéral à Arles pour donner à ses invités un éclairage propre au collectif, une expérience sensible du lieu pour en parler différemment. C’est le moment de l’entrée dans l’automne, de la fin des Rencontres de la photo.

En collaboration avec Adriane Lallemand, danseuse et chorégraphe et Christian Qui, chef cuisinier, nous créons une déambulation ponctuée de pauses, vers un changement d’état, un passage, une mue, ... vers l’autre saison.

Des pièces textiles investissent peu à peu le lieu, prennent la forme, la couleur et la texture de ses murs, de ses sols, de ses espaces, de ses vides, de ses lumières, de ses matériaux, de sa “peau”. Comme en passant, comme l’air de rien et le temps du repas Adriane Lallemand viendra animer ces pièces textiles, leur donner vie une minute, puis en débarasser le lieu dans une danse rituelle, convoquant les imaginaires tribaux, folkloriques, inventés par Banco Studio. Entre installation, événement et performance, la métamorphose opère, le Collatéral débarassé de sa mue entre dans une saison nouvelle.




















JEU DE MAINS         

Une rencontre en Touraine autour du matériau-terre avec la céramiste Lisa Desbureaux.

On se regarde de loin. On s'apprivoise. On teste la distance, on parle avec les mains. Et on ne parle pas. Le geste fait le reste. On regarde, on essaye. La main parle pour nous, pour elle. On se reconnaît.

Création d'un nuancier où vont se mêler grains, couleurs, empreintes, graphismes, grès et porcelaine. En résulte une collection de carreaux-bas reliefs dépareillés et assortis, animés et unis, lisses et matiérés, colorés et sobres, naturels et gais.

Projet réalisé en collaboration avec Lou Leygnac.


















PAPIERS DE PEU          


















Ça se passe en Dordogne.
Nous sommes réunies. Il y a des noisetiers au loin, et en face un moulin.
Et puis la papeterie.

Il fait 40° à l'ombre, mais à l'intérieur il fait frais. L'eau sur les mains, sur les pieds. Dans la lumière diffuse, on déchire, on broie, on pile, on tamise, on étale, on presse, on aplatie, on sèche et on étend. Nos paniers et nos gestes débordent d'envies, de choses à tester et à inventer. Dans de grandes cuves, les pâtes à papier attendent qu'on leur donne forme. Mélanges de sorcières. Papier d'orties, papier de fleurs ou de craie, poussières de fer, papiers empreintés, papiers de laine et de coton.
Papiers de peu.

À partir de bleus de travail, de rebuts d’affiches fluorescentes, de feuilles de framboisier, de chutes de coton blanc, création à 8 mains d’une collection de papeterie, pièces uniques. Carnets et feuillets colorés et animés dans la masse.

Projet réalisé en collaboration avec Lou Leygnac.

Pièces distribuées en exclusivité par la Petite Papeterie Française au Printemps Haussmann et sur le site de la Marque.


















CINQ À CINQ WITH NEGRA STUDIO           


















Cinq à cinq c'est Banco Studio X Negra Studio.
Se faire violence. Aller à la rencontre de l'autre, de l'autre pratique. Sauter le pas. Qu'y a-t-il entre la surface et la forme ? Entre le designer textile et le designer produit ?

Pas le temps de se rencontrer ! Alors jouer au jeu du cadavre exquis, faire de la place à l'autre, lui laisser un espace d'intervention qu'on ne maîtrisera peut-être pas.

Ella passe à Arnaud qui passe à Pauline qui passe à Lou qui passe à Lola.

Se laisser prendre par l'inattendu, les incompréhensions, les accords et les ruptures, les changements de cap. Et se dire que ces heureux hasards et ces rencontres fortuites produiront forcément d'heureux objets !

Projet en cours, mené avec Arnaud Della Negra du Negra Studio autour de la posture du designer, entre artisanat et industrie. Mise en place d'une "chaîne de production artisanale" sur le principe du cadavre exquis et interrogeant les différents stade de pensée d'un objet : forme-usage-matériau-couleur-graphisme.

Projet réalisé en collaboration avec Lou Leygnac.